LE SIÈGE AU XXÈME

5 avril 2013

Non classé

Le 1900

 

Ce style est une gigantesque récapitulation de tous les styles et de toutes les époques.

La Haute Époque et les débuts de la Renaissance sont particulièrement prisés: tout ce qui est proche du Moyen Age et tout ce qui parait d’inspiration chrétienne est à la mode.

Le goût qui s’était manifesté sous le Second Empire persiste. On continue à fabriquer des sièges de toutes les époques sans souci d’unité. C’est la tapisserie de ces sièges qui leur donne un air de parenté, celle-ci est faite de soie, de satins de teintes sombres, imprimés ou brodés de motifs végétaux ou animaux avec quelques références à l’art oriental.

 

 

 

Le Modern Style 

 

C’est un style expérimental, il marque une rupture nette avec les traditions qui l’ont précédé. Ce style est né vers 1885-1890 dans les ateliers de grands ébénistes comme Majorelle, Vallin ou encore Gallé.

Ce style est en opposition tranchée avec la plupart des éléments de ce bric-à-brac qu’est le style 1900. Le siège Modern Style ont une ligne très dépouillée et très nouvelle. Ils sont le plus souvent dépourvus d’ornementation sculpté, incrustée ou marquetée. C’est la forme elle-même qui devient ornementale.

Les chaises et les fauteuils obéissent presque toujours aux mêmes principes:

  • les pieds et les traverses latérales du plateau sont d’un seul tenant qui va s’accrocher aux montants du dossier après avoir épousé la ligne plus ou moins galbée ou sinueuse.
  • Le dossier est généralement assez haut. Ses montants, droits, légèrement inclinés, se rejoignent au sommet en figurant un arrondi, souvent souligné par une moulure entrelacée.
  • En général, il n’y a pas de rupture entre la tapisserie du dossier et celle du siège. Cela permet aux motifs imprimés du tissu de revêtement de ne pas être coupés. L’ensemble donne une impression d’allongement, de fragilité parfois, qui ne va pas sans une certaine grâce ondulante ou aérienne.

Dans ce même esprit ont été fabriqués: des chaises à médaillon, des canapés, des chaises de salle à manger…

 

 

Les arts décoratifs

1918-1939

 

Comme depuis le milieu du dix-neuvième siècle, on assiste à une prolifération de formes sans lien entre elles et puisant à toutes les sources historiques. Il y a là une tendance générale à l’étude rationnelle du confort.

 

  • La chaise a un dossier assez bas, largement ajouré voire réduit à un cadre vide. Les pieds sont fuselés, galbés et minces. L’ornementation est rendue parfois assez lourde par une surcharge de nacre, d’ivoire, de cuivre et de bronze. Il y a également beaucoup de chaises rustiques. Ce sont des chaises très simples, en chêne avec un siège canné, des pieds droits, et tournés réunis par quatre ou six entrejambes. Ces chaises évoquent aussi des styles régionaux comme à la Renaissance avec l’Alsace et le Pays Basque en particulier.

 

  • Le fauteuil est assez bas. Les pieds sont épais, parfois incurvés, parfois droits et inclinés. Les dossiers sont eux aussi raccourcis et souvent fortement inclinés. L’ornementation est abondante (laque, bronze, moulure). Les fauteuils cannés sont nombreux. Ils évoquent certains fauteuils de jardin. Le siège est fortement en pente, incliné vers le bas du dossier. Les bras sont larges et plats, les pieds sont courts et tournés.

Le fauteuil club, inspiré du modèle anglais, est très à la mode. Celui-ci est recouvert de cuir ou de fourrure, son siège

est large, incliné vers la bas, et garni d’un épais coussin de cuir. Les pieds sont très courts et parfois invisibles, le dossier bas et incliné, les bras arrondis et volumineux.

  • Le canapé prend sans cesse une place plus important dans l’ameublement. Il est à la mode anglais: entièrement capitonné, courts, les bras épais et le dossier fortement incliné. On rencontre aussi des modèles classiques comme de style Louis XV, Régence, ou Restauration, mais avec une ornementation riche propre aux Arts Déco. Le tissu du dossier et du siège s’inspire souvent des peintures de l’époque: formes géométriques, couleurs claires et contrastées.

 

  • Le tabouret est souvent inspiré des modèles Régence. Il est toujours garni d’un épais coussin à l’ornementation très raffiné. Il a des pieds plus hauts et un siège à la ceinture finement marquetée ou incrustée.

 

 

Le style fonctionnel 

 

Ce style d’architectes et d’artistes va bouleverser les traitions et aboutir à des formes profondément nouvelles. C’est toutefois un style expérimental conçu pour les demeures et les villes de l’avenir. Le Bauhaus de Weimar est le foyer principal où s’élabora le style fonctionnel. Cette école a été fondé en 1919 par l’architecte allemand Walter Gropius mais fermé en 1933 par les nazis.

 

Une partie des sièges que l’on fabrique aujourd’hui a été conçue à cette époque. Leur long succès est dû autant à la pureté de leurs formes et à leur légèreté qu’à une science très sûre du confort. C’est ce même confort que nous apprécions aujourd’hui.

 

  • Les chaises. L’acier et le contre-plaqué favorisent la création de formes tout à fait nouvelles.

L’emploi de ce tube d’acier permet une véritable révolution. L’encadrement du dossier, celui du siège et le piétement  peuvent désormais être fabriqués d’un seul tenant. Cette possibilité technique donne naissance à un modèle de chaise qui ne comprend plus que deux pieds, les pieds arrière étant supprimés et les pieds avant se recourbant largement sur le sol.

Ce siège, «tout d’une pièce», possède une certaine souplesse, un certain ressort, qui rendent inutile le rembourrage. En effet celui-ci est remplacé par des panneaux de cuir ou de toile tendus entre les tubes d’acier.

Le tube d’acier est également utilisé pour la fabrication de chaises pivotantes montées sur quatre pieds droits inclinés et réunis au centre, sous le siège, par un disque de métal formant pivot. Le siège et le dossier, en tube également, sont tendus de toile.

La chaise sanglée, de forme cubique, réalisée le plus souvent en bois laqué, possède un siège et un dossier carrés ou rectangulaires. Les pieds, droits et carrés, sont réunis de chaque coté par un entrejambe de même section. Le siège est constitué par des sangles de tapisserie entrecroisées, généralement multicolores.

La chaise de contre-plaqué, montée sur des pieds de tube en acier, fait appel aux ressources de ce nouveau matériau dont les panneaux peuvent être incurvés à volonté. Le siège, assez débordant, est fortement arrondi à son extrémité extérieure. Le dossier, généralement peu important, est creusé pour épouser la forme du dos.

 

  • Les fauteuils. L’emploi du tube d’acier donne naissance à des formes très proches de celles des chaises. Les bras sont incorporés dans le «mouvement d’un seul tenant» qui caractérise ce genre de sièges. Pour les fauteuils, cependant, on remplace souvent les panneaux de cuir ou de toile par de véritables coussins, compacts, assez minces et de lignes géométriques. Très rapidement, on commence à imiter en bois ces meubles métalliques. Les bras et les pieds constitués par deux arceaux de bois coudé; deux arceaux identiques forment les supports des coussins du siège et du dossier. La chaise sanglée a également son fauteuil correspondant. Les bras sont deux tablettes horizontales accrochés aux montants du dossier.

 

  • Les tabourets. En tube en acier, en contre-plaqué, en bois laqué, en bois naturel, ils sont très nombreux, mais de formes assez voisines. Le siège, souvent tendu de cuir ou de toile, est presque toujours carré et les pieds sont droits. Certains tabourets sont fabriqués en série dans quatre dimensions différentes de façon à pouvoir les emboiter les uns dans les autres.

À propos de antiquitesetobjetsdart

Voir tous les articles de antiquitesetobjetsdart

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

English4you |
Gasannetan |
Ozekiah |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lemeilleurestavenir
| Absorbing Musings
| Artpaint et Artdigitales PR...